Less Saves The Planet

Sélectionner une page

SOMALTE : Le bol à croquer

SOMALTE : Le bol à croquer

En dépit de la prise de conscience de la part de la société, les récipients et les couverts jetables demeurent un problème écologique dans le processus de traitement de déchets. Si leurs versions en plastique ont été, petit à petit, remplacées par des versions en bois, cela n’a pour effet que de déplacer le problème. Pourtant il existe des solutions écologique et 100% naturelles. En réponse à cette problématique, Somalté a inventé des bols à manger pendant ou après son repas.  

Les assiettes en carton ou bois jetables sont un problème écologique. En effet, leur création nécessite de couper des arbres, ce qui va l’encontre du chapitre 15 objectif de développement durable de l’ONU : « Planter un arbre et protéger l’environnement ». Pour pallier à ce problème, la jeune startup Somalté fondée par Guillemette Jaillet et Mathilde Petit-Velasco propose des bols à manger. Le principe est simple, ces bols sont comme des biscuits en forme de bol et peuvent remplacer aisément n’importe quelles vaisselles jetables.

Des bols à base de drêche de bière

Les deux jeunes entrepreneuses ont rassemblé leurs connaissances afin de venir à cette solution très tôt après leur stage de fin d’étude : « Guillemette est tombée sur un concours de revalorisation de la drêche, après nous être renseignées, nous avons remarqué que beaucoup de brasseurs jetaient leurs drêches, mais que certains la transforment en crackers (biscuits). On s’est vite rendue compte que nutritionnellement c’était un produit intéressant », explique Mathilde. Il faut savoir que la drêche est un résidu du brassage des céréales pour fabriquer de la bière ou du bioéthanol. Elle ne contient aucun alcool et est souvent utilisée pour l’alimentation animale. Alors que madame Jaillet avait travaillé pour Coca-Cola et la COP21, elle avait récolté beaucoup de données sur la vaisselle jetable. Une opportunité pour les deux designeuses qui ont immédiatement pensé à combiner les deux. Ainsi a germé dans leur esprit l’idée d’un bol fabriqué comme un biscuit de drêche.

La drêche se présente comme un excellent choix écologique, car c’est la partie qui est jetée par les brasseurs « les petits brasseurs génèrent en moyenne 24 tonnes par ans, et il en existe environ 2000 en France, pour les plus gros, qui sont ceux avec qui nous travaillons principalement, ces 24 tonnes sont produites par mois » explique Guillemette.

Un bol plein de promesses, mais aussi d’innovation culinaire

Au-delà de son aspect purement écologique et sans gaspillage, leurs bols sont bien plus que de simples vaisselles. Lors des repas, c’est un complément alimentaire qui n’est pas bourratif, dont la valeur nutritionnelle présente une richesse en fibres, protéines et qui est deux fois moins calorique qu’un morceau de pain. Les fibres font la résistance du bol qui peut contenir tout à l’exception de liquides chauds comme de la soupe : « Nos clients mettent des salades, glaces, du gazpacho, des plats en sauce, du houmous, il y a plein d’application culinaire », raconte Guillemette. Un succès de technologie green qui l’est aussi une fois entre les mains des consommateurs des traiteurs. Traiteurs qui sont leurs principaux clients : « C’est assez marrant de voir comment les gens utilisent notre produit. Certains cassent des bouts pour remplacer le morceau de pain, d’autres mangent le bol en dernier, mais le point commun qu’ils ont, reste qu’une fois qu’il ne reste que le fond du bol, il le mange comme une tartine ». En effet, les plats en sauce ou glaces imbibent le fond du bol, qui reste sec à l’extérieur. En moyenne, seul moins de 10% des clients ne mangent pas le bol.

Un futur prometteur

 Dans l’état actuel, leur bol tient 8 heures au réfrigérateur et 2 mois en conservation classique. Elles travaillent déjà pour améliorer la conservation de leur produit, consciente que les traiteurs préparent leurs plats des heures à l’avance. Elles travaillent aussi pour permettre aux liquides chauds d’être contenus dans leurs bols et des pistes sont ouvertes pour créer une gamme avec différents goûts et couleurs. Par exemple avec du poivre pour le goût et du charbon végétale pour la couleur noir. D’autres type de drêche, comme celle de la bière brune qui est cuite à plus haute température est envisagée, cela permettra de créer un bol goût chocolat, sans utiliser de l’or brun.

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos dernières vidéos

Pimp my planet

  • Alexandra Fechner

    Alexandra Fechner

  • Lorenz Bäumer

    Lorenz Bäumer

    Nous accueillons sur notre blog un invité brillantissime : Lorenz Baumer …
  • Jean-Marc Barr

    Jean-Marc Barr

    L’acteur franco-américain, Jean-Marc Barr, s'est illustré dans le Grand Bleu …
  • Nicoletta

    Nicoletta

    Nicoletta est l’une des plus belles voix de la chanson …
  • Olivier Widmaier Picasso

    Olivier Widmaier Picasso

    Olivier Widmaier Picasso est juriste de formation, producteur de documentaires …
  • Michel Drucker

    Michel Drucker

    Avec plus de cinq décennies au compteur, Michel Drucker a …
  • Anthony Delon

    Anthony Delon

    L’acteur franco-américain a brillé dans des films qui ont marqué …
  • STEPHANE BERN

    STEPHANE BERN

    Animateur radio et télévision aussi bien qu’auteur de nombreux ouvrages, …
  • INÈS DE LA FRESSANGE

    INÈS DE LA FRESSANGE

    Égérie Chanel, directrice artistique ou encore rédactrice mode, Inès de …
  • CYRIELLE CLAIR

    CYRIELLE CLAIR

    Cyrielle Clair est depuis des années soucieuse de l’environnement dans …
  • BERNARD MONTIEL

    BERNARD MONTIEL

    Animateur de radio et de télévision émérite, Bernard Montiel est …
  • MAUD FONTENOY

    MAUD FONTENOY

    Vice-présidente du conseil régional de Provence-Alpes Côte d’Azur, Maud Fontenoy …

Contact

Pin It on Pinterest

Share This